PortailAccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Yamato et ses Kantos (provinces)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MoW
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 49
Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Le Yamato et ses Kantos (provinces)   Jeu 17 Avr - 1:49

Le Yamato est un pays dont la société est fortement inspirée de la société japonaise, du moins dont ce que j’ai décidé d’en garder. Il est peuplé des Hunsenhs, peuple à part entière, même s’ils ressemblent aux humains, si on oublie leurs traits asiatiques et leur peau jaune. Cette société, fondée sur un shogunat et une fonction symbolique d’Empereur qui tournait entre les cinq Shoguns, était une société rigoureuse, centralisée et surtout qui savait avoir une mission majeure, au-dessus de tout, qui valait tous les sacrifices.

Quelle mission ? C’est sans doute le problème : peu de personne le savait. A l'époque, seuls les 5 Shoguns, et le Kannushi-Sama de Taïsha Kannushi le savaient. La phrase est volontairement au passé car un séisme au moins égal à la défaite du Japon a frappé la société Hunsenh.
Il y eut d’abord la Trahison du Shogun Takuan Soho-sama. Celle-ci facilita l'entrée d'une armée étrangère qui déferla ensuite dans tout le Yamato. Il s’agissait des Vxôxs, l’armée de celui-là même dont les actions allaient détruire le Monde. Une armée Vxôx est presque invincible. Lorsqu’elle est accompagnée de Cités Volantes peuplées de Demont, créatures Immortelles jaillies des Plâni, alors rien ne peut l'arrêter.
Cela fut le second événement : l’armée se mit à envahir le Yamato et de fait, rien ne l'arrêta. Vxôxs et Demont balayèrent les défenseurs Hunsenhs qui payèrent un prix inimaginable. Chaque mètre gagné ne pouvait se faire qu’au prix du sang. Des millions d’Hunsenhs périrent.
Le pire, c'est que personne ne comprend pourquoi cette armée est ainsi venue.
La suite n’est connue de personne, car on dit que tous ceux qui connurent ce temps se firent Sepukku, sauf quelques rares, considérés pendant longtemps comme des lâches par les plus jeunes. Toujours est-il qu’il advint que l’armée étrangère se replia (pour ne pas dire dérouta tellement elle partit vite) sans que nul n’en sache non plus les raisons. Les Cités Volantes s’écrasèrent et les Demont disparurent.

Voilà ce que disent les légendes. Seuls des enfants restèrent, trop jeunes pour pouvoir être désignés pour le Seppuku. Ils grandirent seuls, épaulés par quelques rares adultes qu’ils se mirent à mépriser. Seuls quelques rares parmi eux comprirent que ces adultes avaient été ordonnés de ne pas se donner la mort pour éduquer la jeunesse. Seuls quelques rares comprirent que cette décision était respectable, et qu'il était suffisant que ces personnes, appelés du nom méprisable de ronin, doivent vivre en portant la honte de leur génération.

LES PROVINCES DU YAMATO
Par tradition, le Yamato est organisé en provinces, que l’on désigne sous le nom de Kanto. Il en existe cinq et les cinq chefs de ces Kantos étaient les Shoguns, qui sont tous morts à la dernière guerre. Chaque kanto est divisé en plusieurs fiefs nommés shoens. Chaque shoen est dirigé par un shugo. Chaque shoen est lui-même divisé en plusieurs cantons, chacun administré par un daimyô. Et, pour finir, chaque daimyô administre plusieurs villages, chaque village possédant un chef considéré surtout comme un intermédiaire de la hiérarchie, nommé jito. Les cinq Kantos ont des traits particuliers, et un « esprit gardien », le lung (que l’on représente comme un Dragon oriental).

Ces Kantos sont les suivants :

Jôüshi
Situé au nord des terres interdites, ce kanto possède une vaste façade maritime, et se confronte avec les Milles Iles. Il a pour lung, Tun Mi Lung, le Souffleur de Typhon.
Les habitants de ce kanto ont les cheveux courts et le verbe facile.
Ce kanto possède beaucoup de ryus préparant à la réflexion et s’il forme d’excellents Yamabushis, il est surtout réputé pour sa capacité à former les Ô-Haraï, les maîtres de l’esprit Hunsenh.
De façon assez troublante, il est aussi le kanto où finissent beaucoup de bushis et de wakos, parce qu’il favorise le commerce et que le commerce demande beaucoup de mains d’œuvre. La flotte qu’il arme est aussi fort consommatrice de wakos pour qui devenir marin est une opportunité de disparaître mais aussi de regagner du prestige. Cette part de la population étant plus nombreuse que celle des Maître de l’Esprit, ce kanto traîne une réputation d’indiscipline, du moins au regard du sens hunsenh de la discipline.
Ceci dit, c'est bien là qu'on trouve les meilleurs marins du Yamato. Ils gardent les côtes mais c’est aussi le kanto qui commerce avec les Ellelfes ou les autres contrées lointaines (un peu avec l’Eken-Tankra et le Wol’drun en fait). On y trouve aussi multitude de marchands et l'expression "être en Jôushï" signifie être harassé par des marchands ou des bonimenteurs.

Tango
Situé à l’est des Terres Interdites, en moyenne montagne, ce kanto garde la sortie des Calfeat, et fait particulièrement face aux Ogres du Calfea du Nord, et parfois aux Trolls du Calfea du Sud. Il a donc pour lung, Li Lung, le Maître de la Terre.
Les habitants de ce kanto ont les cheveux longs, souvent flottants, et portent un épais bonnet. Montant des petits chevaux de montagne, ils sont particulièrement endurants et rustiques. En effet, l’hiver dans ce kanto est très froid et pénible, et il n’est pas rare qu’il soit même impossible d’emprunter la route qui le traverse. Certains d’entre eux portent même parfois des barbes. Ils ont une réputation de rustres.
C’est dans ce kanto que l’on trouve le seul ryu où sont formés les yamabushis, les moines-soldats Hunsenh. Ce kanto ne produit guère de richesses, à part l’extraction par des Ogres prisonniers de métaux (or et fer). Il donne les samoris les plus rustiques, insensibles aux intempéries, et habitués au rudes combats de montagne. Ces mêmes conditions permettent évidemment de former les yamabushis à ces types de combat, mais eux préférent l'embuscade au combat direct recherché par les samoris. L’enseignement dans les ryus de ce Kanto est payant à un prix très élevé, car seule source de revenu

Tanabata
Situé au sud des Terres Interdites, et possédant une immense forêt en son centre, ce kanto garde les Terres Libres, une étrange frange de terre entre le Kyltir, l’Aasila et le Calfea du sud que personne ne revendique. Il a pour lung, Pan Lung, le Ver des Forêts.
Les habitants de ce kanto ont souvent des cheveux nattés, qu’ils rallongent avec de fausses nattes. Ce sont d’excellents artisans, mais aussi d’excellents artistes que la mélancolie inspire. Ils en récoltent la réputation de personnes maniérées à l’extrême, cultivées, mais peu fiables au combat.
Important du Tango le fer et l’or, et utilisant le bois qu’ils possèdent, ils sont les maîtres de la forge, et les meilleurs forgeurs de sabres. Ils sont aussi d’excellents éclaireurs des bois, et prennent soin à replanter ce qu’ils coupent pour ne jamais manquer de bois.
Ce kanto produit les meilleurs diplomates du Yamato, et leur ouverture d’esprit leur permet d’avoir le seul ryu consacré à la Mâgie, et qui forme les shugenjas. C’est eux qui créent les sabres magiques, extrêmement rares. Ce kanto est prospère, et parce qu’il applique ses principes avec ses voisins, il entretient de bonnes relations avec le Kyltir ou l’Aasila. Il doit bien parfois combattre quelque incursion Troll sur sa frontière est, mais ce sont plutôt les shugenjas qui sont engagés et très peu de samoris. En fait, ce kanto a très peu de samoris, ces derniers n’ayant pas ici un statut plus élevé qu’un excellent shugenja, voire qu’un bushi faisant un merveilleux artiste.

Chôyô
Ce kanto est situé au centre du Yamato, puisqu’il est constitué de la Mer Intérieure et de l’île aux Tortues. Il a pour lung, Lung Wang, la Tortue Géante.
Les habitants de ce kanto ont le crâne rasé, et s’habillent de robes longues comme les moines, dont la couleur rappelle le rang, et, par un code complexe dont la façon d'agencer ces couleurs, la Divinité à laquelle ils sont attachés.
Ce kanto est celui des prêtres, les gardiens de l’Ise-Jingû. Il est aussi réputé pour le nombre de tortues habitant l’Ile aux Tortues et vivant dans la Mer Intérieure. Il est interdit de chasser ou tuer des Tortues sur l’Ile, mais il est autorisé de le faire sur les rivages extérieurs et dans la Mer. Les prêtres sont les meilleurs cuisiniers en ce qui concerne ce mets raffiné et recherché. Quelques-uns seulement ont le droit en outre de ramasser les œufs de Tortue, et il est dit que quiconque osant défier le lung de ce kanto en ramassant des œufs ou en tuant des tortues sans autorisation, en subira la colère terrifiante.
Ce kanto ne produit rien, à part des produits de la pêche mais en quantité limitée aux besoins. En revanche, il est le lieu de pèlerinage de tous les Hunsenh, et en tant que tel, il est le kanto le plus riche après le Jôüshi. Amené toutefois à devoir importer tout ce dont il a besoin en terme d’artisanat, il dépense tous ses gains.
Les habitants sont presque tous des kannushis (des prêtres), entourés de yamabushis pour les garder.

Jinjitu
Ce kanto est une vaste plaine située à l’ouest des Terres Interdites qui fait face à l’Océan Infini et à ses vents puissants. Il a pour lung, Shen Lung, l’Esprit du Vent.
Les habitants de ce kanto ont les cheveux souvent en chignon, et s’habillent non pas avec des kimonos de soie, mais avec des pantalons moulants et des bottes de cavaliers, ainsi qu’avec d’épais manteaux de laine. Ils sont par excellence les cavaliers du Yamato, au sol comme en l’air. D’une discipline farouche, sans crainte, ils sont les meilleurs combattants du Yamato pour le combat de masse, et possèdent les meilleurs généraux.
Les bushis du Jinjitu sont tous propriétaires d’un cheval, et les samoris les plus riches possèdent un pégase ou un griffon. Un samori monté prend le nom de yubasti, et un yubasti, de fait, est d'un niveau plus élevé qu'un samori à pied. Cavaliers émérites, que ce soit dans les airs ou au sol, ils restent trés pauvres car ce kanto ne produit rien. Ils possèdent en outre un quart environ de la flotte Hunsenh, mais ont essentiellement des bateaux taillés pour l’Océan Infini, sur lequel ils patrouillent souvent. C’est d’ailleurs leur seule source de revenu, puisqu’ils se sont spécialisés dans la traque et la pêche des créatures des profondeurs sous-marines les plus dangereuses, qu’ils revendent aux kannushis ou aux shugenjas.
Enfin, n’ayant de frontières qu’avec le Kyltir, avec lequel les rapports sont plutôt bons, il est fréquent de rencontrer un contingent de cavalerie de ce kanto en Tanabata pour les aider à rejeter un raid Ogre ou Troll, voire dans les Terres Libres pour traquer toute tentative d’installation. Il arrive évidemment que ce contingent, faute d’avoir rencontré des ennemis, pousse vers le Calfea du Sud pour défier directement les Trolls.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gondwamna.jdrforum.com
 
Le Yamato et ses Kantos (provinces)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Space Battleship Yamato Resurrection Star Blazers
» Edition Clair de Lune
» [Carnet] Yamato Ishida : les récoltes !
» Yamato Shin
» Yamato de retour dans un long métrage en avril 2012 au Japon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GondwäMna :: AnäMna :: Le monde :: Yamato (2257-2264 AûM) :: La guerre des Empereurs (2257-2264 AûM) :: Présentation-
Sauter vers: