PortailAccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Marques de respect Hunsenh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MoW
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2861
Age : 48
Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Marques de respect Hunsenh   Jeu 15 Nov - 13:58

Les Hunsenhs sont très attachés à leur rang et aux marques de respect à leur encontre.
On ne trouve pas d’appellation "européenne" classique chez les Hunsenhs, bien sûr. Ainsi, pas de "sire", "votre majesté", etc.
Les Hunsenhs étant une race égalitaire, il n'y a pas de distinction entre l’appellation d'une autorité féminine ou masculine.


RANGS

Empereur (un seul, tournant parmi les shoguns. Actuellement, shogun du Chôyô, donc Impératrice Ishuzi-tennoo)
nota : en fait, en langue Hunsenh, il n'y a qu'une appellation pour dire Empereur sans distinction de sexe : "Kootei". ll n'y a donc rien d'incorrect pour un Hunsenh à dire Empereur Ishuzi-tenoo ou Impératrice Ishuzi-tenoo. Pour résumer, on peut utiliser indiféremment les mots Empereur ou Impératrice en langue commune, si on le désire.

Shogun (chef d'un des 5 kantos)

Shugo (chef d'un Shoen, province au sein d'un Kanto)
Tango : 2 shoens (Nirana, Tekonge)

Tanabata : 6 shoens(Meromi, Taïtsun, Kenuto, Harimi, Se-Tekonu, Nokute)

Jinjitu : 7 shoens(Honku-ti, Koru-na, Pareki-ho, Mato-he, Shiku-no, Tekeno-su, ogine-ka)

Jôüshi : 12 shoens (Ky-honden, Tsetumo, Ki-hachi, Komuto, O-michi, Mukeno, Dono, Kate, Sekosu, Akima, Pukelo, Saïnasa, Ninjo)

Chôyô : 4 shoens (Chôyô, Ryu, Okinawa, Hokkaïdo)
nota : on dit Shogun "du" Chôyô et Shugo "de" Chôyô.


Daimyô (chef d'un canton, une zone administrative regroupant plusieurs villages à l'intérieur d'un Shoen)

Jito (chef de village)


APPELATIONS

Le respect se doit du subordonné au supérieur, mais le supérieur peut marquer, selon son désir et le respect qu'il a envers son subordonné, ce respect.

"-tenoo"
Uniquement réservé à l'Empereur.

"-sama"
On l'utilise pour toute personne possédant officiellement une autorité (
- shogun,
- les enfants d'un shogun
- shugo
- daimyô
- le kantos-kanrei,
- le kantos-shitsuji,
- les 5 dirigeants des écoles (Taïsha), à l'exception de celui dirigeant l'école de la Voie Interdite, qu'on évite d'appeler tout court. En général, si quelqu'un lui parle, il fait comme s'il parlait dans le vide...
- les chefs des 2 ordres (Shisen-Gumi et Isê-Jingû), à condition bien sûr de savoir qui ils sont.
- toute personne expressément désignée par l'Empereur ou un Shogun pour le représenter, cette personne devant donc recevoir les honneurs seyant à celui qu'il représente. Il doit être titulaire d'une lettre signée de celui qu'il représente qui, outre les détails administratifs, fixe les délais et conditions d'exercice de cette délégation, donc le cadre espace-temps où l'individu doit recevoir les mêmes marques de respect que celles afférentes à celui qu'il représente. Il existe une déformation pour ceux représentant l'Empereur, qui est de les appeler Sama San, afin de marquer une nouvelle distinction avec ceux représentant un Shogun. Mais cette distinction n'est pas obligatoire, même si elle peut être appréciée.
"-san"
On l'utilise pour le Jinto, et pour toute personne non citée ci-dessus disposant pour autant d'une autorité officielle donnée par un "sama", comme un capitaine des gardes ou un collecteur des impôts (le chef, pas les sbires).

Les termes -tenoo, -sama ou -san peuvent se mettre après le nom, si on connaît la personne, sinon, c'est après la fonction si on ne la connaît pas. Ainsi, un shogun dira à l'Impératrice "Ishuzi-tenoo" mais un visiteur dira "Empereur-tenoo". Rien n'interdit bien sûr à un shogun de dire "Empereur-tenoo", mais il marque alors une certaine distance personnelle.

On peut bien sûr cumuler la fonction et le nom dans une appellation. Ainsi, si le capitaine des gardes s'appelle Osuki, on peut dire "Osuki-san", ou "capitaine-san" ou "capitaine Osuki-san". Le choix entre les appellations peut être lié au fait de connaître personnellement la personne ou pas. Il est vrai qu'en général, quelqu'un qui est connu sera appelé par son nom_san, plutôt que par sa fonction, sauf si, de nouveau, on souhaite marquer le fait qu'on s'adresse d'abord à la fonction. Dans ce cas, il convient en effet de rester neutre et détacher. Ainsi un refus opposé à notre souhait dans le cadre d'une fonction n’entache pas l'amitié éventuellement partagée.

Un "supérieur" hiérarchique peut appeler un subordonné directement par sa fonction ou son nom, sans utiliser -sama ou -san. C'est très souvent le cas, sauf quand l'autorité désire marquer son respect envers son subordonné devant tout le monde.
Pour exemple, le capitaine de la Garde du Tango, Gaku, a toujours été appelé Gaku-San par la Shogun Kimiko Inoué Sama.
De la même manière, l'Empereur qui s'adresserait à un shogun sans utiliser "sama" respecte la dénomination, mais marque à tout le moins sa désapprobation, ou pire. De fait, s'il utilise le nom seul, ce serait de la désapprobation. S'il utilise la fonction seule, c'est pire !

Enfin, la personne désignée pour une Ambassade reçoit, le temps de son mandat, parce qu'il représente l'Empereur, l'appelation -sama.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gondwamna.jdrforum.com
 
Marques de respect Hunsenh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers le respect des droits economiques et sociaux des citoyens haitiens
» Un Peu Plus de Respect Pour les Bienfaits Reçus !
» Le mal d'Haiti: le non-respect de ses semblables
» [Non Respect JDH] Kissiou (28/03/1458) (coupable)
» ForumHaiti : Une modération qui rime avec le respect mutuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GondwäMna :: AnäMna :: Le monde :: Yamato (2257-2264 AûM) :: La guerre des Empereurs (2257-2264 AûM) :: Présentation-
Sauter vers: